Quoi, encore un article sur la Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 ! Tout a déjà été dit, tout a déjà été écrit. Et pourtant, cette berline hors normes est toujours l’objet de toutes les convoitises. Posséder aujourd’hui une SIX-NEUF n’est pas à la portée de tous, comme ce fut d’ailleurs le cas lors de sa sortie en 1975. À cette époque, tous les magazines en firent le tour – et même plusieurs fois – avec des tirades dithyrambiques. Il est vrai que ce monument automobile n’a pas fait dans la dentelle. Hormis quelques Américaines, aucune Européenne n’affichait un moteur de 7 litres en pleine crise pétrolière. Or, Mercedes-Benz en a vendu 7380 exemplaires, dont plus de 1816 (entre 1977 et 1980) en version pour les USA.

Que vaut la Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 de nos jours ? Grâce au concours de la Galerie Toffen, nous avons redécouvert cette berline 45 ans après sa naissance.

Genèse de l’énorme moteur de 6.9 L

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 reçoit la même base que la 600 soit le 6.3 litres modifié pour obtenir un 7 litres.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – Le moteur de 6.9 litres est issu du W100 de 6.3 litres de la 600.

Avant de nous mettre au volant de la Mercedes-Benz 450 SEL 6.9, revenons sur la genèse de cet énorme moteur. Ce V8 est né en 1963 sous le capot de la Mercedes 600. D’une cylindrée de 6332 cc, il développe la puissance mesurée de 250 chevaux pour un couple de 510 Nm. En 1968, Erich Waxenberger l’imagine sous le capot de la 300 SEL (lien vers la 300 SEL 6.3), berline haut de gamme de l’époque. Grâce à l’appui de Rudolf Uhlenhaut – père de la 300 SL – c’est chose faite. 6526 exemplaires seront produits, dont 1839 en version pour les USA.

À la naissance de la série W116 en 1972, dessin de l’équipe de Friedrich Geiger, il est déjà question d’un gros moteur. Mais la crise pétrolière est là et le projet reste donc dans les cartons. Il ne verra le jour qu’en 1974 lors du Salon de Genève. La base reste la même, toutefois la cylindrée passe de 6332 cc à 6834 cc et la puissance ressort à 286 chevaux. Un monstre est né pour le plus grand plaisir des aficionados des autoroutes allemandes.

Un travail d’orfèvre | La Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 est un concentré de technologies

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - même après 45 ans, sa silhouette est toujours aussi séduisante.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – Une ligne harmonieuse due à l’équipe dirigée par Friedrich Geiger.

Un des atouts majeurs de la Mercedes-Benz 450 SEL 6.9, ou SIX-NEUF, est sa suspension hydropneumatique – vous trouverez en détail le système de suspension en suivant ce lien. Quant à sa particularité, c’est le graissage moteur par carter sec (système de lubrification évolué utilisant un réservoir d’huile séparé du bloc-moteur). Le carter sec possède comme avantage d’abaisser le centre de gravité du moteur ou d’éviter les problèmes de lubrification en courbes serrées à haute vitesse. À l’inverse, il nécessite plusieurs pompes, un réservoir externe au moteur et son système de refroidissement. Sa complexité entraîne des surcoûts à la fabrication et à l’entretien. À noter, qu’aux USA, la suspension à hauteur variable était interdite à cette époque. La boîte de vitesses est automatique à trois rapports. En revanche, point de rétroviseurs électriques, ni de sièges chauffants et électriques en série. Pour une voiture vendue au prix de DM 69 930 en 1975, c’est un peu mesquin.

Comment reconnaître une 450 SEL 6.9 ?

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - elle pouvait être commandée sans les signes extérieures de puissance.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – sigles extérieures de puissance.

Au premier coup d’œil, aucune différence

Au premier coup d’œil, rien ne semble différencier la SIX-NEUF d’une autre SEL de la série W116. En effet, une option gratuite – N° 261 – permet de ne pas en afficher la dénomination. Quels détails nous permettent donc de la distinguer d’une autre W116 ? À dire vrai, pas grand-chose. Tout est soigneusement camouflé. Extérieurement, pour les experts, les pneus sont plus larges que sur les autres versions. Pour certains, la graduation du tachymètre à 260 est le signe d’une SIX-NEUF. Peut-être.

Les deux détails essentiels

En fait, deux détails importants ne peuvent vous tromper. Hélas, ils se trouvent sous le capot moteur. Le premier est le numéro de description : 116.036. Si ce numéro ne commence pas par ces 6 chiffres, ce n’est pas une SIX-NEUF. Second détail : la position de la jauge à huile. Elle se trouve sur le côté droit du moteur et non face à vous à l’ouverture du capot. Ces deux détails peuvent vous sauver la mise lors de l’acquisition d’une Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 d’occasion.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - Outre le N° de châssis, la position de la jauge d'huile est le seul critère garant d'une 6.9.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – Détail de la jauge d’huile et sa position spécifique côté roue avant droite.

Conduire une Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 en 2020

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - Face à vous, les éléments essentiels à la conduite et à la surveillance technique.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – à gauche : eau, essence et huile, au centre tachymètre gradué jusqu’à 260 et compte-tours à droite.

Deux véhicules essayés

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - La technologie électrique n'a pas atteint les rétroviseurs.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – Rétroviseur chromé d’époque non électrique.

Malgré le nombre restreint d’exemplaires fabriqués, il subsiste encore quelques SIX-NEUF sur le marché. Nous avons eu le plaisir de nous mettre au volant de deux d’entre elles lors de notre séance photos à Toffen. L’une des Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 était garnie de cuir et était badgée 6.9, l’autre habillée de velours et non badgée. Alors que d’origine le rétroviseur droit est absent, nos deux véhicules en sont équipés. Réglage manuel, trop facile quand vous êtes seul !

Le charme discret des années 80

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - Le minimum de commandes pour un maximum d'efficacité.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – La console centrale regroupe les vitres électriques et les commandes de climatisation.

Entrer dans une Mercedes-Benz 450 SEL 6.9, c’est revenir 40 ans en arrière. Le nécessaire se trouve face à vous, les commandes de climatisation sont simples. Un ancien Becker Mexico au bas de la console. Un fauteuil pullman. Une ambiance feutrée. Le charme discret et le luxe cossu des années 80. En fait, vous vous trouvez dans votre salon. Tour de clef. Un bruit discret se fait entendre. Et pourtant le moteur affiche 57 ans depuis sa création pour la 600. La boîte reste douce malgré son âge. Rien ne laisse paraître le caractère rageur du moteur lors d’un démarrage conventionnel.

Belles performances

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 - Prête pour de longs voyages en toute quiétude et dans un confort parfait.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 – Vue trois quarts arrière droit.

Toutefois, dès que votre pied droit titille l’accélérateur, les pur-sang répondent à l’appel. Même après 45 ans de bons et loyaux services et un peu moins de 130 000 kilomètres au compteur, la performance est là. Oups, rageuse la berline ! Heureusement, le temps est exceptionnel et la route est parfaitement sèche. Les suspensions vous font oublier les défauts du revêtement. Le silence est presque parfait.

Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 et la concurrence, entre 1975 et 1980

Mercedes-Benz 450 SEL 69  - peu de berlines haut de gamme et aussi rapide à cette époque.

Mercedes-Benz 450 SEL 69 et la concurrence entre 1975 et 1980.

À nouveau, la SIX-NEUF frappe très fort d’entrée de jeu avec son énorme moteur de 6.9 litres débordant de puissance et de couple. Hormis quelques Américaines, les Européennes sont un cran en dessous dans les cylindrées. Seules Maserati et Jaguar sont dans la cour des 5 litres. Toutes les autres jouent dans celle des 3 litres. À noter l’apparition de quelques versions à injection. Sinon, toujours les bons vieux carburateurs. Tout comme pour la 6.3, nous avons réuni dans un tableau les concurrentes potentielles de la Mercedes-Benz 450 SEL 6.9.

Vintage Car Magazine vous donne son avis

Mercedes-Benz 300 SEL 6.3 W109 en compagnie la W112, à gauche et les W116 et W126 - vue avant.

Mercedes-Benz 300 SEL 6.3 W109 en compagnie la W112, à gauche et les W116 et W126.

La SIX-NEUF est une berline d’exception depuis sa naissance en 1975. Elle l’est encore aujourd’hui. Vouloir en faire l’achat ne se fait pas sur un coup de tête. Elle demande en effet un suivi parfait et onéreux. De plus, il est difficile de trouver certaines pièces. Donc, avant d’acquérir un modèle à restaurer, renseignez-vous. De la même manière, si vous optez pour un modèle en bonnes conditions, vérifiez absolument tout. Sinon, vous risquez fort de déchanter au bout de quelques semaines. Elle devient un gouffre sans fond pour votre porte-monnaie. Acquérir une SIX-NEUF en 2020, c’est faire preuve de patience. C’est prendre son temps. Allez en voir plusieurs. Contrôlez le suivi de l’entretien. Discutez avec le vendeur. Renseignez-vous sur le nombre des propriétaires précédents. Il faut établir une relation de confiance avec le vendeur.

Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez, grâce à ce lien, établir votre propre check-list avant de commencer votre recherche. En conclusion, rouler en Mercedes-Benz 450 SEL 6.9 en 2020 n’est que du bonheur pour autant que vous ayez choisi la bonne compagne.

300 SEL 6.3 – voir notre article
560 SEL – voir notre article
Versions modifiées par AMG – voir notre article
Classe S de 1951 à 1999 – voir notre article – en cours de préparation

Les illustrations de cet article sont Copyright © de leurs ayants droit. Tous droits réservés ©2020 Vintage Car Magazine/Photos JPP – ©Daimler AG – ©Mercedes-Benz AG.