Premier exercice de style pour le salon Auto Moto Classic Strasbourg, dans le quartier Wacken. L’endroit ne paie pas de mine et l’entrée du salon est plutôt discrète. Un bon point cependant, le parking attenant est relativement grand. Du point de vue de l’organisation, le point presse destiné aux journalistes se situe à l’entrée. Émilie, une hôtesse souriante, nous remet le sésame. En route donc vers le premier hall, le 7. À droite tout d’abord, trois BMW de collection : 502 cabriolet de 1957, 502 Coupé et 3.0 CSL, le Graal des coupés BMW. À gauche ensuite : une Mathis, une BMW et une Traction cabriolet. Premières voitures, premières photos. Mais, que font ces BMW et Mini modernes au milieu de toutes ces classiques ?

Quand un hall peut en cacher deux autres au salon Auto Moto Classic

Une Supercar des années 60 dans sa livrée rouge étincelante à Auto Moto Classic.

Lamborghini Miura à Auto Moto Classic Strasbourg.

À première vue, les exposants sont nombreux et le visiteur a de quoi faire. Allez, en avant ! Aventure Peugeot Citroën DS présente un stand, mais, déception. DS ne fait pas là référence à la DS, la vraie, celle de 1955. Plus loin, une célèbre Méhari verte. Impossible de la louper. En effet, cette actrice a été mise à contribution dans de nombreux films ! Voici maintenant une Chapron. L’une des 118 fabriquées. Sur le stand BS Auto Classic, quelques GT de rêve : Porsche 356, Ferrari et même une BMW 328 Baby. Autres stands, autres bolides : ISO Grifo et Lamborghini Miura, voire Maserati Ghibli, Corvette C1 de 1956. Des Fiat 500 et parmi elles, une Moretti. Véhicule rare, conçu par le carrossier italien Moretti sur base Fiat. Et aussi quelques artistes venus présenter leurs œuvres. Et c’est là, que je découvre deux autres halls où aller : le 5 et le 8.

Les surprises du hall 5

Une Rosengart qui demande toute votre attention à Auto Moto Classic Strasbourg.

Restauration à prévoir pour cette Rosengart à Auto Moto Classic Strasbourg.

C’est dans ce hall que va se dérouler la vente aux enchères du 1er mai, sous l’office de Maître Osenat. Commençons par là. En effet, environ 50 voitures passeront sous son marteau. Du beau, du très beau, du moyen et du moche. Il en faut pour tous les goûts et toutes les bourses. Alors je vais d’abord parler du moche. Toute seule, abandonnée, une Heuliez Murène. Si la base est sympathique – Porsche 914/6 de 1969 – le dessin de la carrosserie en est autre. Jugez par vous-mêmes sur les photos. Des Bentley, Jaguar, Triumph, Austin Princess et autres Talbot dans des états bon à moyen. Quelques sportives sont aussi présentes et une collection de voiture à pédales. Avant d’aller voir les Bugatti, le camp militaire mérite une petite visite.

Pierre Feidt et sa collection de Bugatti au salon Auto Moto Classic Strasbourg

Sur un tableau ou en tôle et en cuir, les Bugatti sont présentes à Auto Moto Classic.

Dans la galerie des artistes, Bugatti immortelles à Auto Moto Classic Strasbourg.

Petite devinette. Quand vous habitez Molsheim ou la région, que collectionnez-vous ? Des Bugatti ! Eh bien, ce n’est pas le cas de M. Feidt. Il a commencé par des Citroën Traction. Ensuite,  la raison, ou la tradition, l’a emporté. Il s’est donc tourné vers les Bugatti. L’ensemble présenté à la vente regroupe ainsi 9 Bugatti. Deux Type 49 – Torpédo et Coupé – une 35, une 35A et une 35B, une 51, une 23 Brescia, une 57 Galibier et une 45 Coupé de Ville (une mini Royale). De la très belle mécanique présentée dans un état irréprochable. Elles ont toutes été vendues entre 60 000 et 522 000 euros. Un coup de maître et un franc succès pour l’organisation du Salon Auto Moto Strasbourg.

Un hall pour les clubs et une exposition de Mathis

Émile Mathis fût le 4e constructeur français avec des autos remarquables.

Mathis à Auto Moto Classic Strasbourg.

De nombreux clubs ont eu à coeur de venir exposer leurs véhicules. À savoir Renault, Citroën, Lotus, SM Club de France, Bugatti Enthousiaste Alsace, VW Porsche, Alfa Roméo. Sans oublier le Mercedes-Benz Club de France avec une très belle collection. Ensuite, un stand consacré au champion Bob Wollek. On a pu découvrir trois des voitures que cet enfant du pays pilotait lors de divers championnats. Un autre espace était consacré aux marques disparues. Parmi elles, Delage, Facel Vega, Hispano-Suiza, Hotchkiss, Avions voisin, Lorraine-Dietrich, Talbot, Delahaye. Cerise sur le gâteau et grande première, un superbe plateau réunissant presque tous les modèles de Mathis est venu compléter cet hommage. Découvrez l’histoire d’Émile Mathis dans notre interview de M. Pierre Haas, membre du bureau du Club des Amateurs de Mathis.

Vintage Car Magazine vous donne son avis

Exercice réussi pour cette première édition du salon Auto Moto Classic Strasbourg. De nombreux exposants, des visiteurs enthousiastes et sûrement l’envie de voir une deuxième édition. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir des véhicules anciens. Une manifestation recommandée pour tous les passionnés et les curieux et également comme sortie en famille.

Les illustrations de cet article sont Copyright © de leurs ayants droit. Tous droits réservés © Photos JPP – Vintage Car Magazine.