Vous vous demandez ce que Cry d’Er veut bien vouloir dire ? En fait, Cry d’Er est le nom d’une montagne des alpes valaisannes. Du haut de ses 2258 m d’altitude, elle surplombe la commune de Crans-Montana. Il va sans dire que, comme dans toute station, un système de télécabines permet d’accéder à cette montagne. Pour être exact, il y a deux télécabines. La première part de Crans – Crans-Merbé-Cry d’Er -, c’est-à-dire la place où se réunissent les Jeep. Le départ de la seconde se fait de Montana – Montana-Arnouvaz-Cry d’Er. Rappelez-vous, l’itinéraire du Jeeping vous a fait découvrir Arnouva ! Pour compléter le tout, un télésiège part des Marolires en remontant la piste nationale où se déroulent des compétitions de ski alpin. Les présentations ainsi faites, vous vous trouvez maintenant au cœur du Jeep-Heep-Heep.

Cry d’Er, les premiers Jeepers arrivent le vendredi soir

Il faut noter que l’accréditation du vendredi soir est une pratique assez récente. En effet, il y a quelques années, les inscriptions ne se faisaient qu’à partir du samedi matin. C’est dire, qu’au fil du temps, le nombre de Jeep devient plus important. C’est pourquoi les organisateurs ont décidé d’ouvrir les accréditations le vendredi soir déjà. Dès 18h – 18h30, les premiers arrivés, en file indienne, peuvent donc s’inscrire.

Cry d'Er, cette place mythique ou tout commence et tout finit.

Cry d’Er, cette place mythique ou tout commence et tout finit.

Cette manière de procéder permet ainsi d’alléger le nombre des accréditations du samedi. Soulignons au passage la patience et la bonne humeur dont font preuve tous ces Jeepers. Le vendredi soir, vu le nombre de participants déjà présents, le coin raclette leur permet de se restaurer. Et de faire connaissance, ou de renouer des liens. Pour tout dire, Cry d’Er est devenue au fil des Jeep-Heep-Heep, le sanctuaire de la Jeep en Suisse et en Europe.

Mais où allons-nous garer toutes les Jeep ?

Nous sommes en 1997, c’est le premier Jeep-Heep-Heep. Sur les 40 Jeep inscrites, 15 font le Jeeping. Sept ans plus tard, en 2004, le nombre d’inscrits est passé à 153. Que dit la météo ? Il pleut ! Le Jeeping est glissant. Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. Aujourd’hui, ce sont 600 Jeep qui se pressent à Cry d’Er.

Accréditation, le sésame qui permet à tout Jeeper d'accéder au sanctuaire.

Accréditation, le sésame qui permet à tout Jeeper d’accéder au sanctuaire.

En plus des véhicules, il faut aussi prévoir des emplacements pour les différents stands. La place n’étant pas extensible, le comité d’organisation se trouve, dans l’état actuel des choses, face à un véritable casse-tête. En même temps, les Willys et les CJ ont fortement diminué avec les années. Elles sont désormais remplacées par d’énormes Wrangler… qui occupent bientôt la place de deux Willys !

Cry d’Er, la place de toutes les émotions

Une gigantesque exposition

Quel Jeeper pourrait rester indifférent face au nombre si impressionnant de Jeep. D’autant plus que le regard a du mal à embrasser l’ensemble du spectacle. La place s’est en effet transformée en une gigantesque exposition. Les véhicules anciens côtoient les modernes, tout comme les authentiques ou les modifiés. Que recherchez-vous ? Faites un tour.

Anciennes ou modernes, elles se retrouvent toutes sur Cry d'Er.

Anciennes ou modernes, elles se retrouvent toutes sur Cry d’Er.

Prenez alors le temps de vous balader le long des allées de fortune dessinées entre les Jeep. Il n’y a pas de guide. Cry d’Er abrite sans conteste plus de Jeep que vous ne pourrez jamais en voir en même temps. Si vous voulez avoir une meilleure vue du site, il existe une solution. Il vous suffit de grimper de quelques mètres et le parking en entier s’offre à vos yeux. L’émotion est alors à son comble.

Ô temps, suspends ton vol !

Rien n’est éternel et le week-end arrive malheureusement à son terme. Une certaine tristesse se répand sur la place de fête en cette fin de dimanche après-midi. Une à une, les Jeep quittent Cry d’Er. C’est la fin. La fin d’un merveilleux week-end.

Au fil des minutes, le nombre de Jeep augmentent sur la place de fête.

Au fil des minutes, le nombre de Jeep augmentent sur la place de fête.

C’est l’heure pour chacun de repartir, la larme à l’oeil, mais avec plein de souvenirs dans le coeur. Le regard s’accroche encore sur les derniers véhicules, avant qu’ils ne disparaissent. Vivement l’année prochaine !

Cry d’Er, première rencontre avec Claudy

Notre première fois au Jeep-Heep-Heep remonte à l’année 2004. Le dossier de presse de l’époque faisait mention de 168 Jeep inscrites l’année précédente, avec 98 participations au Jeeping. À la clôture du Jeep-Heep-Heep, Claudy nous dresse le bilan du week-end. En président heureux, il nous affirme que l’organisation est maintenant prise au sérieux. Alors même que ce n’était pas le cas il y a 8 ans. Respect ! Et pourvu que cela dure ! 

Nous sommes en 2004 et c'est ma première photo de Claudy.

Ma première photo avec Claudy et les vainqueurs du Jeeping 2004.

« Malgré une météo capricieuse, nous sommes satisfaits. Les Jeepers ont respecté les consignes. Et les bénévoles nous ont bien secondés. Notre dossier représente presque 12 mois de travail. Les allers-retours entre les différents acteurs demandent des nerfs solides. Cependant, notre comité est solide et nous menons nos requêtes jusqu’au bout. »

Les illustrations de cet article sont Copyright © de leurs ayants droit. Tous droits réservés ©2019 Photos JPP – Vintage Car Magazine.