La première 5000 GT a été spécialement créée à la demande du Shah d’Iran. Maserati se servit d’une 3500 GT au châssis renforcé et lui adjoignit un moteur 5 litres, 8 cylindres, jusqu’alors uniquement utilisé en compétition. RM Sotheby’s propose à la vente cette 5000 GT Coupé de 1961 carrossée par Ghia à restaurer entièrement. Rendez-vous à Monterey (USA) du 15 au 17 août 2019.

L’unique 5000 GT carrossée par Ghia

1961 Maserati 5000 GT Coupé par Ghia, vue latérale côté gauche. Un peu de rouille par-ci, par-là, rien de grave

1961 Maserati 5000 GT Coupé par Ghia, vue latérale côté gauche. Un peu de rouille par-ci, par-là, rien de grave.

La Maserati 5000 GT Coupé était une voiture d’exception et emblématique de la marque. Destinée à des clients fortunés – il en coûtait en fait près de deux fois le prix d’une 3500 GT – elle représentait ce qui se faisait de mieux en matière de haut de gamme. Sur les 34 exemplaires construits, un seul modèle a été carrossé par Ghia. D’ailleurs, le carrossier l’exposa sur son stand au salon de Turin en 1961.

À l’origine destinée à Ferdinando Innocenti, le créateur du scooter Lambretta, cette 5000 GT se présentait avec une livrée argent sur noir. En 1962, juste avant la livraison à F. Innocenti, Maserati a prêté le véhicule au rédacteur en chef d’une revue automobile de l’époque (Sports Car Graphic), Bernard Cahier, pour un essai routier à grande vitesse. Dans son article du numéro de janvier 1962, il indiquait n’avoir jamais senti une telle puissance arriver si vite. Le km arrêté en 26,6 secondes !

Le numéro neuf dans l’ordre de fabrication

1961 Maserati 5000 GT Coupé par Ghia, vue de face. Étonnamment, les phares semblent en bon état

1961 Maserati 5000 GT Coupé par Ghia, vue de face. Étonnamment, les phares semblent en bon état.

Le numéro de châssis AM103 018 et celui du moteur AM103 018 le prouvent. Cette Maserati 5000 GT Coupé a été achevée en juillet 1961 et porte le numéro neuf dans l’ordre de fabrication des 34 exemplaires produits. Ferdinando Innocenti, le premier propriétaire, garda le véhicule un certain temps avant de se décider à le vendre. La voiture connut ainsi plusieurs propriétaires en Italie et finit par échouer en Arabie Saoudite.

En effet, dans les années 1970, Rubyayan Alrubayan, un Saoudien amateur de voitures fit l’acquisition de la 5000 GT, sans avoir conscience du tout du trésor qu’il venait d’acheter. C’est ainsi qu’il la laissa à l’extérieur pendant près de 50 ans, sans la bouger. À la suite de son décès, ses héritiers ont commencé par mettre la voiture à l’intérieur afin de limiter les dégâts. Destinée à la destruction, elle a été sauvée in extremis et se retrouve ainsi à la vente chez RM Sotheby’s.

Vintage Car Magazine vous donne son avis

1961 Maserati 5000 GT Coupé par Ghia, rien ne manque, juste une bonne restauration.

1961 Maserati 5000 GT Coupé par Ghia, rien ne manque, juste une bonne restauration.

Malgré ces années de décrépitude, le véhicule est complet et vaudrait la peine de retrouver son prestige d’antan. En effet :

  • il n’a jamais été vandalisé ;
  • il n’a jamais été démonté ;
  • aucune pièce ne manque.

Même la roue de secours se trouve toujours dans le coffre !

Pour la vente aux enchères de Monterey par RM Sotheby’s son estimation varie entre $ 500 et 700 000. En effet, cela fait déjà une belle somme avant une restauration totale. Et pourtant, elle trouve un acquéreur à $ 533 000. Comme quoi, le physique n’est pas tout. Il faut aussi rechercher la beauté intérieure. Enfin, je vous rappelle qu’il s’agit d’une pièce unique. En conclusion, si mon porte-monnaie me l’avait permis, je me serais peut-être laissé tenter !

Les illustrations de cet article sont Copyright © de leurs ayants droit. Tous droits réservés © Robin Adams ©2019 Courtesy of RM Sotheby’s et ©Courtesy of Nicolas Maier.