Le salon Auto Moto Classic Strasbourg se déroule dans les locaux de Strasbourg Événements, société d’économie mixte. Celle-ci organise différents salons et accueille de nombreux congrès et expositions. Il faut bien le dire, les foires dites grand public sont un peu en perte de vitesse. C’est pourquoi les organisateurs étaient à la recherche d’un salon passion. Le groupe GL Events à Lyon, partenaire de Strasbourg Événements, connaît un immense succès avec le salon Époqu’Auto. Alors, nous nous sommes dit : et pourquoi pas nous ?

Comment avez-vous procédé pour mettre en place ce salon ?

Stéphane Herzog de Strasbourg Événements.

Stéphane Herzog de Strasbourg Événements.

Après l’installation d’une structure avec des partenaires professionnels, l’organisation a cherché à rencontrer les propriétaires de véhicules de collection. Nous nous sommes alors adressés à l’ACA – Automobile Club Association – et sa branche ACA Classic, ainsi qu’à la FFVE – Fédération Française des Véhicules d’Époque. Ces associations nous ont permis de trouver matière à réaliser cette première édition. Avant cela, nous avions organisé la Journée des Véhicules d’Époque, le 30 avril 2017. Plus de 500 véhicules y ont pris part. Il aura fallu dix-huit mois pour concrétiser ce projet et que cette journée ait lieu autour du 30 avril.

Comment Strasbourg Événements a-t-il pu réunir autant de Mathis ?

Ce cabriolet 8 cylindres était la voiture de Mme Mathis.

La voiture personnelle de Mme Mathis.

Pour réaliser un salon d’une telle envergure, les organisateurs ont fait des recherches dans le passé historique de la région et plus précisément dans celui de Strasbourg. Notre région est en effet un berceau important de l’automobile. Elle compte nombre de constructeurs, et parmi eux, Mathis a été le 4e constructeur français dans les années 1930. Il a produit plus de 90 000 véhicules pour 14 000 employés. Mathis fait malheureusement partie de ces constructeurs oubliés. Avec l’aide du Club des Amateurs de Mathis, l’organisation a pu présenter la plus importante collection de Mathis jamais exposée. À noter que tous ces véhicules nous ont été mis à disposition par des personnes privées.

 Un membre du bureau de ce club, M. Pierre Haas, nous a également fourni de précieuses informations sur le constructeur Mathis. Nous reviendrons sur cette exposition dans un autre article.

Strasbourg Événements a-t-il prévu quelques autres espaces intéressants pour le visiteur ?

Le Club Bugatti Alsace propose quelques modèles mythiques.

Stand du L’Enthousiaste Bugatti Alsace.

Une autre exposition, celle des voitures pilotées par Bob Wollek. La région est toujours à l’honneur. En effet, ce pilote de course — 27 victoires en Championnat du monde des voitures de sport — est originaire de Strasbourg. Qui dit Alsace, dit aussi Bugatti. Molsheim n’est qu’à quelques tours de roues de Strasbourg. L’Enthousiaste Bugatti Alsace est venu présenter plusieurs modèles. Sans oublier les 9 Bugatti mises aux enchères dans le hall 7, dont nous reparlerons un peu plus tard. Il y a également divers stands de vente, de rénovation, d’expertise, de conseils, etc., tout ce qui gravite autour du véhicule de collection. Et aussi, dans le Hall 8, une grande exposition de différents modèles de Mercedes-Benz.

Mais d’où viennent tous les véhicules exposés ?

Bottes de paille, velosolex et poule originale

Sortie de grange avec tous les accessoires.

Ils viennent principalement de la région. Et ensuite de Belgique, d’Allemagne et aussi des Pays-Bas. La grande majorité de ces véhicules sont venus par la route, et les autres par transporteurs. Ici, c’est assez facile de venir avec son véhicule car nous avons la chance de disposer d’un parking assez grand. Ce n’est pas Paris. Les propriétaires n’ont pas peur d’abîmer leurs voitures de collection. D’ailleurs, dimanche va se dérouler une sortie pour plus de 300 véhicules, en partenariat avec la FFVE. Il s’agit d’un parcours découverte autour de Strasbourg suivi de la visite du salon.

Comment Strasbourg Événements a-t-il choisi les différentes conférences ?

Tentative de relancer la machine avec la construction des Matford.

Fin de vie pour Mathis avec les Matford.

Le programme a été décidé conjointement avec la FFVE et l’ACA. Nous devions en effet proposer des conférences intéressantes pour le public présent. Pour chacune d’entre elles, nous avons dû recruter l’intervenant le plus compétent sur le sujet choisi. En premier lieu, elles devaient concerner les incontournables histoires liées à Mathis, Bob Wollek ou Bugatti. Ensuite, des informations plus techniques, voire légales, en rapport à la défiscalisation ou à la FFVE. Nous avons ainsi tenté d’informer le public tout en lui laissant le temps de visiter le salon à son rythme.

GL Events organise deux manifestations en plus de Strasbourg, pourquoi ?

le 666 lui a-t-il porté malheur ?

Prototype Mathis 666 qui ne verra jamais la production.

Notre organisation a en effet choisi d’organiser des salons régionaux. Les raisons en sont simples. Le premier, Strasbourg, se trouve dans une région où il y a près de 120 clubs automobiles. La dernière manifestation a eu lieu en 1992 et depuis plus rien. Or nous nous trouvons sur un axe où l’automobile est une composante importante de la vie locale. Et puis, les collectionneurs ont quelquefois de la peine à faire plus de 300 kilomètres pour assister à un salon. Strasbourg est le salon haut de gamme. Ensuite, Toulouse. Le salon, programmé en septembre, sera davantage dédié aux véhicules provenant d’Espagne et sans doute d’Italie. Quant à Metz, prévu en novembre, il sera davantage orienté Nord de la France, Luxembourg et Belgique.

Pour terminer, quel a été le moment le plus difficile et celui le plus exaltant ?

Pas que des voitures chez Mathis.

Les Mathis sont à l’honneur en 2018.

Le plus difficile a été de convaincre tout le monde que ce salon avait toute sa raison d’être. C’est ainsi que les collectionneurs et les exposants nous ont aidés à construire cette première édition. Peu à peu, nous les avons fédérés et le nombre de participants a grandi chaque jour.

Quant au moment le plus exaltant, c’était vendredi soir, quand tout a été installé, fini et prêt pour l’ouverture du lendemain. Il est deux heures du matin, tout va bien et vous vous dites alors : “cette fois, nous y sommes !”.

Un grand merci à M. Herzog, directeur général de Strasbourg Événements, de nous avoir consacré de son temps pour cet entretien. À suivre, le tour complet du salon et l’entretien avec M. Pierre Haas, membre du bureau du Club des Amateurs de Mathis, avant d’accéder aux diverses galeries pour découvrir en image la première édition du salon Auto Moto Classic de Strasbourg. La seconde édition est déjà prévue du 27 au 30 avril 2019.

Les illustrations de cet article sont Copyright © de leurs ayants droit. Tous droits réservés ©Photos JPP – Vintage Car Magazine